Visite souvenir à Oradour sur Glane

Oradour sur Glane, petite ville du Limousin, a été le 10 juin 1944, le théâtre d'un des plus monstrueux massacre exécuté par l'armée allemande. Je ne vais pas ici vous narrer cette tragédie, vous trouverez sur internet, suffisamment d'information à ce sujet, mais plutôt vous faire par des émotions que j'ai ressenti lors de ma visite du village martyr.

 

Je connaissais cet épisode macabre de la seconde guerre mondiale et j'avais déjà vu de nombreuses images de ce drame, mais je voulais me rendre compte par moi-même, sur place. 

 

J'entre dans Oradour par la route de St Junien. Le village est petit et ses habitations, ou ce qu'il en reste, bordent la ligne de chemin de fer qui traverse la ville du nord au sud. Partout ce n'est que ruines, véhicules calcinés et objets brûlés.

 

Psychologiquement, je m'y étais préparé, mais aujourd'hui, ici, à Oradour, le choc est énorme. Au vu des traces d'incendies et des emplacements d’exécutions, c'est la gorge nouée que j'avance dans les rues de ce village fantôme. Chaque maison, chaque boutique dévoilent une vision d'horreur d'un massacre odieux.

 

C'est avec un sentiment de blessure que je continue la visite. Arrivé sur la place de l'église, j'entre dans le lieu saint et vois les empreintes de la folie nazi. Les voûtes, toujours en place, portent encore les traces du massacre des femmes et enfants, enfermés, exécutés et brûlés dans l'édifice religieux.

 

J'arpente les rues d'Oradour et ne voit que désolation et horreur. J'en arrive même à entendre les cris des enfants, les bruits des mitraillettes et même sentir l'odeur des brasiers.

 

Je ressors d'Oradour avec l'estomac noué et dans l'impossibilité de prononcer un seul mot. J'ai à l'intérieur de moi, un sentiment de douleur, de souffrance et de révolte. Et comme on peut le lire partout, "Oradour, souviens-toi".